Anneau / Gastroplastie Information aux patients

L'opération en bref

  • Durée de l'hospitalisation : Une journée (ambulatoire)
  • Durée d'intervention : Environ 1 heure
  • Anesthésie : Générale
  • Voie d'abord : Coelioscopie
  • Consignes de sortie : Régime de sortie donnée par une diététicienne

Information sur l'opération

Anneau gastrique

Qu'est ce que la gastroplastie ?

L’anneau de gastroplastie réduit, de façon réversible, la capacité de l’estomac. Le chirurgien place un lien gonflable autour de la partie supérieure de l’estomac. Cet anneau « gastrique » est relié à un boîtier sous la peau qui permet l’injection ou l’aspiration de liquide (en général de l’eau stérile). Cela permet d’ajuster son calibre..

Le but de cette opération est de créer un petit estomac, au-dessus de l’anneau, qui se remplit très vite lors du repas. Vous avez rapidement l’impression de ne plus avoir faim. La quantité de nourriture ingérée est donc considérablement diminuée. Ce petit estomac se vide doucement dans l’autre partie située au-dessous de l’anneau, selon le principe du sablier, puis la digestion s'effectue correctement. Il est normal, avec un anneau, d’avoir faim au moment des repas. Le système ne peut fonctionner que si la nourriture est de texture normale. Les grignotages, les collations, les aliments riches en calories, les aliments liquides ou semi-liquides doivent absolument être évités.

A quoi sert-elle ?

Vous souffrez d’un surpoids important. Un traitement chirurgical de l'obésité peut vous être utile si votre index de masse corporelle (IMC) est ≥ 40 (ou ≥ 35 si l’excès de poids est associé à un diabète, une hypertension artérielle ou une arthrose de hanche ou de genou, maladies qui s’amélioreront avec l’amaigrissement). Un IMC trop élevé réduit de quelques années de vie l’espérance de vie et altère la qualité de vie.

On calcule l’IMC en divisant son poids (kilos) par sa taille au carré (mètres carrés). La normale se situe entre 20 et 25 kg/m2.

Les avantages

La méthode de l’anneau est actuellement l’intervention chirurgicale qui comporte le minimum de risques opératoires et de complications potentielles à long terme par rapport aux autres techniques employées.

Trois avantages principaux la caractérise :

  • La technique de la cœlioscopie qui permet d’éviter une grande ouverture abdominale grâce à l’aide d’une micro-camera et d’instruments très fins,ce qui permet une nette diminution des douleurs et une récupération physique beaucoup plus rapide avec un moindre risque de complications post-operatoires. Cet avantage est commun aux autres techniques,en sachant toutefois que la pose de l’anneau est de toutes les interventions la plus simple et la plus rapide.
  • La réversibilité des modifications anatomiques réalisées car, si un jour l’anneau est retiré,l’estomac retrouve son volume et sa forme antérieure, puisqu’il n’a pas été nécessaire de sectionner ni d’agrafer définitivement l’estomac aussi bien que l’intestin. Il ne s’agit donc pas d’une intervention irrémédiable et une fois le poids réduit et stabilisé rien n’empêchera d’enlever l’anneau au bout de quelques années pour éviter tout risque de complication tardive.Vous retrouverez alors un estomac normal.
  • Le réglage du débit de passage des aliments à travers l’anneau permet de l’adapter à chaque cas particulier sans nécessite de reintervenir,grâce au resserrage du diamètre de l’anneau par l’intermédiaire de simples injections réalisées par le chirurgien,sous contrôle radiologique,dans le boîtier sous-cutané auquel il est relié.
  • chirurgien

    Les contraintes

    Vivre avec un anneau n’est pas toujours facile. Il va falloir complètement changer vos habitudes alimentaires et s’interdire définitivement certains comportements tels que le grignotage et d’éventuels penchants pour les sucreries ou l’alcool.

    Vous ne pourrez plus vous permettre de manger comme votre entourage, les quantités seront nettement moindres. Certains aliments ne conviendront plus. Et surtout vous devrez rester en permanence au régime.

    Le rôle de l’équipe pluridisciplinaire sera de vous aider à maîtriser l’utilisation de cet anneau tout au long des mois et des années qui suivront l’intervention.

    Vous serez astreint à des consultations régulières obligatoires avec chacun des membres de l’équipe selon un rythme bien déterminé et pendant des années , y compris après l’amaigrissement et même si l’anneau a été retiré , que ce soit volontairement ,ou involontairement si une complication est survenue.

    A quel résultat peut on s'attendre ?

    Le bénéfice attendu de l'opération est que vous perdiez une grande partie de votre excès de poids sans le reprendre à long terme et, de ce fait, diminuer, voire supprimer les maladies associées comme l'hypertension artérielle, le diabète, l'apnée du sommeil ou les douleurs articulaires.

    La perte moyenne d’excès de poids à attendre avec cette intervention, est de 40 à 60 % (l’excès de poids correspond au nombre de kilos que vous avez en trop par rapport à votre poids idéal attendu, calculé sur la base d’un IMC entre 23 et 25). La perte de poids obtenue est ainsi de 20 à 30 kg en moyenne.

    Retour haut de page

    Comment se déroule l'intervention et ses suites ?

  • Avant l'opération
    • Arrivée dans l’établissement la veille ou le jour même de l’intervention.
  • Pendant l'opération
    • La pose d’anneau gastrique est quasiment toujours réalisée sous anesthésie générale.
    • L’intervention dure en moyenne une heure (entre trente minutes et 3h) selon votre poids ou l’existence d’opérations précédentes sur l’abdomen.
  • Après l'opération
    • La durée moyenne d’hospitalisation en France était, en 2009, de près de 3 jours, mais elle est généralement plus courte. Certaines équipes proposent cette opération, lorsque cela est possible, dans le cadre de la chirurgie ambulatoire (vous entrez le matin à l’hôpital ou à la clinique et vous en sortez le soir).
    • Classiquement, la reprise des aliments commence par des repas semi-liquides puis solides. Il faut manger calmement, lentement, ne pas boire pendant les repas et bien mâcher lors de la reprise des aliments solides.
    • Vous devez vous engager à revoir votre chirurgien et votre nutritionniste pour un suivi à long terme. La perte de poids importante des 3 premiers mois entraîne une grosse fatigue, car elle concerne aussi les muscles. La pratique d’une activité physique est donc impérative et doit être débutée le plus tôt possible après l’intervention (environ un mois après).
    Retour haut de page

    Quelles sont les complications possible d'une intervention ?

    L’anneau gastrique est l’intervention la plus simple et la moins risquée et dans la plupart des cas l’anneau permettra une perte de poids à long terme sans complications.

    Mais il n’y a aucune garantie que cette opération soit une réussite pour tout le monde.

    Comme avec toute intervention chirurgicale, le risque d’un échec opératoire existera toujours, et ne pourra jamais être totalement éliminé, même en l’absence de toute complication. Toute opération est associée à un certain niveau de risques. Des complications sont toujours possibles, que se soit au moment de l’opération ou plus tard.

    Complications immédiates :

  • Certaines sont communes à toute chirurgie : hémorragies, infections, phlébite et embolie pulmonaire mettant en jeu le pronostic vital.
  • D’autres sont particulières à la technique de mise en place de l’anneau et surtout les perforations de l’œsophage ou de l’estomac aboutissant à de graves péritonites. Selon le type de complication il peut y avoir impossibilité de mettre l’anneau, nécessité de le retirer, obligation d’ouvrir le ventre ou de réopérer plusieurs fois.
    Même si dans notre expérience ces complications sont exceptionnelles elles peuvent être très graves, voir aboutir au décès.
  • Complications tardives :

  • L’anneau est un système mécanique qui , comme tout système mécanique , peut être soumis à des défaillances telles que porosité de membrane ou rupture de cathéter responsable de fuite du produit remplissant l’anneau et obligeant à réopérer pour réparer le défaut de fonctionnement ou changer l’anneau.
  • Le déplacement du boîtier est nettement moins ennuyeux que le déplacement de l’anneau : une petite intervention est nécessaire pour repositionner le boîtier.
  • Le déplacement de l‘anneau est très souvent favorisé par son mauvais usage lorsque les quantités alimentaires sont trop importantes et que les vomissements sont trop fréquents. Les conséquences du déplacement de l’anneau sont graves puisque l’anneau coulisse le long de l’estomac et provoque son étranglement. Une intervention en urgence peut être nécessaire avant que des lésions irréversibles de l’estomac se produisent.
  • La dilatation de l’œsophage ou de la poche d’estomac située au dessus de l’anneau peut avoir les mêmes effets et est provoquée par les mêmes erreurs si on ne respecte pas scrupuleusement les règles alimentaires.
  • L’érosion gastrique peut passer inaperçue et se produire des années après l’intervention. Cela explique l’obligation de s’astreindre à une surveillance régulière pendant toute la durée du port d’un anneau. L’érosion gastrique est une pénétration progressive de l’anneau à l’intérieur de l’estomac et oblige à l’enlever.
  • Il faut bien comprendre que toutes les précautions sont prises pour éviter les complications à tous les stades :

    Au moment de l’intervention il peut donc arriver que le chirurgien renonce à mettre l’anneau s’il rencontre des difficultés inhabituelles liées notamment à une conformation anatomique particulière, plutôt que d’exposer son patient à une grave complication. Plusieurs années après l’intervention il sera peut être aussi contraint de le retirer et même si l’amaigrissement a pu être obtenu il vous faudra faire l’effort d’en maintenir le bénéfice car vous ne serez jamais à l’abri d’une reprise de poids. Il faut en tout les cas être prêt psychologiquement à l’éventualité d’un retrait de l’anneau y compris prématurément s’il survient une complication.

    Dans tous les cas il est impératif d’avertir votre médecin et votre chirurgien sans délai devant toute anomalie, surtout si elle survient brutalement, telle que vomissements anormaux, douleurs, fièvre, prise de poids ou perte de poids excessives.

     
    Retour haut de page
    Editée le 28 juillet 2015, textes du Dr Patrick Guillermet