Opération des hémorroïdes Information aux patients

L'opération en bref

  • Durée de l'hospitalisation : 1 à 4 jours
  • Durée d'intervention : Environ 30 minutes
  • Anesthésie : Générale ou locorégionale
  • Voie d'abord : Trans-anale
  • Consignes de sortie : Aucune

Information sur l'opération

Illustration hémorroïdes

Qu'est ce que les hémorroïdes ?

Les hémorroïdes sont des paquets veineux qui tapissent l’intérieur et l’extérieur de l'anus. Elles existent chez tout le monde à l’état normal sans que l'on ressente leur présence la plupart du temps.

Par contre, si les hémorroïdes, internes surtout, se développent de façon exagérée, elles entraînent des complications qui se manifestent soit par des saignements, soit par des douleurs dues à la formation de caillots à l’intérieur, soit par une extériorisation gênante appelée prolapsus, soit par l'association de plusieurs de ces signes.

Quand opère t-on ?

Tout d'abord, les hémorroïdes ne représentent aucun danger de cancérisation, d'infection ou de risque pour la vie.

Il n'est donc pas « obligatoire » de se faire opérer.

C'est la repetition et l'importance croissante des complications qui amènent le patient à réclamer lui même une solution radicale pour en finir, après avoir constatée l'insuffisance des traitements médicaux habituels.

Enfin, il ne faut pas opérer en pleine poussée hémorroïdaire, pour ne pas s'exposer à des difficultés de cicatrisation.

Opération de Milligan

C'est la technique classique la plus ancienne et qui a fait la preuve de son efficacité. Elle consiste à enlever les trois paquets hémorroïdaires principaux, ce qui entraîne trois plaies en forme de trèfle autour de l'anus. Ces plaies ne peuvent pas être refermées pour ne pas rétrécir l'anus.

Il faut attendre que les plaies se referment toutes seules, ce qui demande environ 3 semaines à un mois. Cela explique le caractère assez douloureux des suites opératoires, notamment au moment d'aller à la selle.

Actuellement je réserve cette intervention aux cas ou les hémorroïdes ont trop longtemps évoluées, sont très extériorisées ou très hémorragiques.

opération de Milligan
Opération de Longo

Opération de Longo

Technique beaucoup plus récente mais plus séduisante dans son principe, qui n'est plus d'enlever les hémorroïdes, mais de couper leur alimentation, comme si, au lieu d'arracher un arbre, on se contentait d'en couper les racines pour le faire mourir. Tout se passe à l’intérieur du rectum, zone beaucoup moins sensible que l'anus, sans entraîner aucune plaie, grâce à l'utilisation d'une agrafeuse mécanique circulaire qui permet d'interrompre le flux réduire en même temps le prolapsus par une sorte de « lifting » de la muqueuse.

Ce « lifting » n'est toutefois pas suffisant pour empêcher que l’excès de peau qui recouvrait les hémorroïdes autour de l'anus disparaisse totalement, raison pour laquelle la persistance de cette peau que l'on nomme marisques reste plus importante qu’après une intervention de Milligan Morgan au cours de laquelle la peau a été directement retirée en même temps que les hémorroïdes.

La technique HPS (Hemor Pex System)

Cette toute dernière technique s’inspire de la désartérialisation et de l’hémorroïdopexie. Ce geste chirurgical rapide et reproductible est particulièrement adapté à la chirurgie ambulatoire.

Le praticien réalise des ligatures résorbables des branches de l’artère hémorroïdaire supérieure à l’aide d’un dispositif usage unique fenêtré et rétro-éclairé, spécifique à la technique. La pression dans les vaisseaux baissant, les hémorroïdes diminuent de façon importante immédiatement. Cet acte est très peu douloureux en postopératoire et assure un confort quasi immédiat au patient. La technique HPS confère d’excellents résultats.

Contrairement à la technique de Longo, il n'y a ni section, ni agrafage, ce qui explique l'absence de risques de douleur et de saignement postopératoire et donc la possibilité d'un retour à domicile le jour même de l'intervention.

Il s'agit d'une technique très prometteuse car le pourcentage actuel de complication et de récidive est très faible, sachant toutefois que le recul de cette nouvelle technique ne permet pas encore de juger des résultats à très long terme.

Retour haut de page

Comment se déroule l'intervention et ses suites ?

  • Avant l'opération
    • L'hospitalisation est precedée pendant 3 jours d'un régime sans résidus, mais il n'est pas nécessaire d'absorber la préparation utilisée avant une coloscopie.
    • Un lavement est réalisé la veille au soir et le matin de l'intervention.
  • Pendant l'opération
    • Le choix entre une anesthésie générale ou péridurale est envisageable avec l’anesthésiste qui peut également rajouter localement une anesthésie supplémentaire par bloc pubendal.
  • Après l'opération
    • L'alimentation est reprise le soir même, la sortie se fait généralement le jour même après opération de Longo, mais il faut compter 2 ou 3 jours de plus après une intervention de Milligan Morgan.
    • Soins infirmiers quotidiens après Miligan Morgan pendant trois semaines mais inutiles après intervention de Longo.
    • La durée d’arrêt de travail va de 15 jours pour la première, à un mois pour la seconde.
    Retour haut de page

    Quelles sont les complications possible d'une intervention ?

    Globalement pour les deux interventions, les complications principales sont l’hémorragie, les retards de cicatrisation, le rétrécissement anal et l'incontinence, qui reste cependant exceptionnelle dans mon expérience.

    Le risque de récidive à long terme existe après intervention de Milligan Morgan, et une intervention de Longo peut être proposée, avec sucés, en second recours, et l'inverse est vrai aussi, puisque si une intervention de Longo est insuffisante, un Milligan Morgan peut être pratiqué en seconde intention.

    Aucune des deux intervention obtient 100% de réussite et ce pourcentage a tendance à diminuer en fonction de l'ancienneté et de la gravité des hémorroïdes au moment où on les opère.

    Retour haut de page
    Editée le 26 juillet 2015, textes du Dr Patrick Guillermet