Opération de hernies Information aux patients

L'opération en bref

  • Durée de l'hospitalisation : Une journée (Ambulatoire)
  • Durée d'intervention : Environ 1 heure
  • Anesthésie : Générale ou locorégionale
  • Voie d'abord : Coelioscopie ou laparotomie
  • Consignes de sortie : Eviter de soulever du poids pendant un mois

Information sur l'opération

illustration hernie

Qu'est ce qu'une hernie ?

La hernie est l'extériorisation, à l’intérieur d'un sac péritonéal situé sous la peau, d'un segment de viscère à travers un orifice naturel de la paroi musculaire abdominale qui s'est anormalement élargi.

L’éventration est la même chose, mais à travers un orifice de la paroi musculaire abdominal qui a été provoqué par une intervention chirurgicale. Selon la région de l'abdomen ou elle se situe, la hernie est inguinale dans l'aine, crurale à la racine de la cuisse, ombilicale au niveau du nombril et hiatale au niveau du diaphragme.

Les viscères qui sont les plus souvent contenus dans une hernie ou une éventration sont l'intestin grêle et le colon.

Pourquoi opérer les hernies ?

L'orifice par lequel passe la hernie ne peux pas se refermer tout seul et à tendance au contraire à s’élargir de plus en plus, permettant à la hernie de grossir davantage et d'aggraver la gène.

Le risque majeur est l’étranglement de l'intestin qui peut se retrouver piégé à l’intérieur de la hernie.Cet accident survient brutalement, sans prévenir, la douleur est intense et s'accompagne de vomissements par occlusion intestinale.La hernie ne rentre plus et une intervention chirurgicale doit être pratiquée en urgence pour éviter la nécrose rapide de l'intestin. En cas de prise en charge tardive ou chez les personnes âgées ou fragiles, les conséquences d'une hernie étranglée peuvent être mortelles.

Avec ou sans prothèse ?

Le but du traitement est de réintégrer le contenu de la hernie dans la cavité abdominale et de refermer l'orifice dans la paroi.Pour cela il existe deux grandes méthodes de fermeture:

  • La suture simple, qui est toujours pratiquée chez les enfants et plus souvent l'adulte jeune et la femme ou quand l'orifice est très petit. C'est aussi la seule technique praticable en cas de hernie étranglée, du fait du risque d'infection.
  • La pose d'une prothèse de renfort non résorbable associée ou non à la suture selon le cas.Cette méthode est la plus souvent utilisée car elle permet une réparation beaucoup plus solide avec les prothèses actuelles dont la composition est parfaitement bien tolérée.
  • prothese hernie
    coelioscopie

    Par coelioscopie ?

    Il existe deux techniques différentes pour poser une prothèse :

  • La voie ouverte, par une cicatrice directement en face de la hernie.
  • La voie cœlioscopique, par plusieurs petites cicatrices situées à distance du sac de hernie.La cœlioscopie oblige à faire une anesthésie générale alors qu'une anesthésie logo-regionale ou simplement locale est suffisante pour opérer une hernie inguinale.La cœlioscopie permet en principe un retour à une activité normale plus rapide, avec moins de douleurs post-operatoires et théoriquement moins de risques d'infection. En cas de hernie inguinale bilatérale la cœlioscopie a l'avantage de traiter les deux cotés en même temps sans surplus de cicatrices.
  • Cependant, à long terme les résultats de ces deux techniques sont sensiblement identiques et leur choix dépends de l’expérience du chirurgien. Il doit savoir pratiquer toutes les techniques et choisir en fonction de chaque cas particulier celle qui lui paraît la mieux adaptée, tout en tenant compte de la préférence du patient.

    Pour une hernie inguinale la voie ouverte s’appelle technique de Lichtenstein.

    En cœlioscopie j'utilise la technique sous-peritoneale qui permet d’éviter le contact avec l'intestin.

    Retour haut de page

    Comment se déroule l'intervention et ses suites ?

  • Avant l'opération
    • Hospitalisation le matin.
    • Pas de régime ou de préparation digestive particulière.
    • Dépilation de l'abdomen chez les hommes et douche pré-operatoire avec Betadine.
    • A jeun à partir de minuit (aucune alimentation, ni boisson ni cigarette).
  • Pendant l'opération
    • Anesthésie générale au Bloc opératoire. Durée approximative: une heure.
    • Phase post-opératoire en salle de réveil environ 2 ou 3 heures avant de remonter en chambre
  • Après l'opération
    • La réalimentation est reprise le soir même de l'intervention et il est recommandé de se lever le plus tôt possible le lendemain.
    • Dans la très grande majorité des cas les suites opératoires sont simples.
    • Aucun régime de sortie.Il est seulement recommandé de ne pas soulever du poids pendant un mois.
    • Une ordonnance permet à une infirmière de ville d'effectuer quelques pansements permettant de prendre la douche et de retirer les points de suture au bout d'une semaine à 10 jours.
    • Une consultation de contrôle post-opératoire avec le chirurgien est prévue un mois après la sortie.
    Retour haut de page

    Quelles sont les complications possible d'une intervention ?

    Toute anesthésie présente des risques qui sont évalués et expliqués avant l'intervention lors de la consultation d’anesthésie.

    Les risques liés à l' intervention proprement dite sont un saignement responsable d'un hématome, une infection, une blessure du cordon testiculaire, de filets nerveux ou de vaisseaux. Ces complications peuvent prolonger l'hospitalisation et aboutir à une reintervention chirurgicale.

    En pratique courante ces risques sont d'autant plus exceptionnels que le chirurgien est expérimenté, mais leur pourcentage augmente si l'intervention est réalisée pour une complication.

    Retour haut de page
    Editée le 28 juillet 2015, textes du Dr Patrick Guillermet